Nicolas SANGOUARD

Nicolas Sangouard

Comment avez-vous découvert la Fondation CFM pour la Recherche ?

Lors de ma recherche de financement pour mon projet de thèse, un ami de classe, lui aussi doctorant, m’a parlé du financement de la Fondation CFM. J’ai alors regardé ce qui était proposé.

Qu’est-ce que la Fondation vous apporte ?

La fondation fourni un financement plus substantiel que les financements conventionnels. C’est une chance surtout quand le travail demandé pendant un projet de thèse est très conséquent. Ce financement permet de travailler dans des conditions plus agréables, avec notamment des fonds réservés aux voyages et aux conférences qui permettent de partager nos recherches. Et dans une ville comme Paris, un revenu plus élevé ça ne se refuse pas. Je suis conscient de la chance que j’ai de pouvoir bénéficier de ce financement. De plus, le fait que la fondation s’intéresse aux projets de recherches de jeunes chercheurs, donne de la motivation.

Pourquoi avoir choisi votre domaine d’étude, qu’est-ce qui vous a attiré dans la matière que vous étudiez ?

Ma formation de base n’est pas physicienne. J’ai d’abord obtenu un baccalauréat en Sciences et Technologies Industrielles, dans la spécialité électrotechnique, qui m’a permis d’entrer en classes préparatoires. Pendant ces deux années j’ai découvert un côté “plus scientifique” de la science avec notamment les mathématiques et la physique. Ensuite, j’ai naturellement décidé de m’orienter vers une formation de physicien. Celle-ci n’était pas facile au début, mais une remise à niveau m’a permis de rattraper mon retard, et me voilà aujourd’hui doctorant. Mon travail consiste à étudier les propriétés d’une sorte de quasi-particule formée lors d’une interaction forte entre de la lumière et des électrons au sein d’un solide semi-conducteur. Les effets observés sont très variés et rappellent souvent ceux observés avec des atomes froids, comme la superfluidité ou encore la condensation. Ce domaine à la frontière entre optique quantique et physique de la matière condensée est très prometteur, notamment pour la réalisation de composants pour l’information quantique.