Killian Martineau

Killian_Martineau

Comment avez-vous découvert la Fondation CFM pour la Recherche ?

J’ai découvert la fondation CFM pour la recherche par le biais de Johann Collot, responsable de l’école doctorale de Physique de Grenoble. Il m’a proposé, suite à une concertation avec Aurélien Barrau, responsable du master 2 recherche «Physique Subatomique et Astroparticules» dispensé à Grenoble, de candidater pour ce financement.

Qu’est-ce que la Fondation vous apporte ?

La fondation me permet d’effectuer trois ans de recherche sur une thématique de cosmologie quantique qui s’inscrit dans la continuité de mon stage de master 2, tout en étant à l’aise sur le plan financier. L’aide à mobilité amenée par la bourse est un atout non négligeable, car le monde de la recherche est constitué d’échanges et de discussions. Pouvoir se déplacer plus facilement facilite l’échange de connaissances avec d’autres spécialistes du domaine (ou devrais-je dire que les déplacements favorisent l’acquisition des connaissances, car cet échange est souvent à sens unique) mais cela permet également de présenter ses travaux dans des conférences internationales et donc de se faire connaître dans ce milieu fermé qu’est la recherche. Enfin les journées de rencontre entre lauréats de bourses CFM offrent une opportunité de partager sur son sujet de recherche en face d’un public non spécialiste du domaine. C’est un exercice enrichissant car il permet non seulement de prendre du recul sur le travail effectué mais également de se confronter à des questions et remarques souvent très perspicaces.

Pourquoi avoir choisi votre domaine d’étude, qu’est-ce qui vous a attiré dans la matière que vous étudiez?

Lors de mon entrée à l’université j’ai été très attiré par les mathématiques et notamment l’algèbre linéaire. J’ai donc naturellement été intéressé par la mécanique quantique qui, en plus d’être basée sur ce formalisme, soulève de profondes réflexions sur la nature des choses.
D’un autre côté je conçois la physique comme une science désintéressée, qui n’aurait pour but unique que la recherche de la connaissance. La cosmologie est pour moi le domaine d’étude qui représente le mieux cet aspect, c’est selon moi de la physique telle qu’elle a été pensée à ses débuts.
Travailler en gravitation/cosmologie quantique me permet de jongler entre ces deux visions et s’impose comme le compromis idéal.