Charles PAPERMAN

Interview

J’ai découvert la fondation CFM grâce à l’une de mes anciennes enseignantes qui travaille dans le laboratoire de recherche et qui m’accueillait lors de mon stage de M2. A l’époque, je cherchais un financement pour continuer le travail effectué avec mon directeur de recherche. L’objectif de ces recherches, situées à mi-chemin entre la théorie des langages formels et la complexité, est d’évaluer la puissance d’expression de modèles de calculs à l’aide de méthodes mathématiques. A l’intersection de l’informatique théorique et des mathématiques, ce sujet de recherche me permet de continuer à étudier et à utiliser des notions mathématiques allant de la topologie générale à l’algèbre et à la théorie des groupes, tout en gardant en tête un objectif primordial selon moi : comprendre ce qu’est un calcul et ce qu’est une machine.C’est grâce à la fondation CFM que je peux aujourd’hui me concentrer complètement sur mes recherches.